Retour au programme

JFN / FNAMN : Quelques perspectives en chirurgie bariatrique

Session commune
jeudi 26 novembre 2020 - 14h30 - 15h30 - LIVE 2
Chirurgie révisionnelle en France : apports du système national des données de santé (Big Data)
Jérémie THÉRAUX (Brest)
Le microbiote intestinal est-il important pour la résolution du diabète post-chirurgie bariatrique ?
Karine CLÉMENT (Paris)
L'augmentation persistante de la prévalence de l'obésité sévère a entraîné une explosion du nombre de chirurgies bariatriques (CB). En effet, c'est à ce jour la meilleure option de traitement pour induire une perte de poids importante et durable et une amélioration du métabolisme chez ces patients très obèses. Le changement dans la composition du microbiote intestinal après la BS est actuellement proposé comme l'un des nombreux mécanismes expliquant certains résultats cliniques bénéfiques. Dans cette présentation, nous résumerons ce qui est actuellement décrit en termes de modifications du microbiote post-CB dans différentes populations et leurs liens avec l'amélioration de certains traits cliniques, chez des patients ayant avant l’intervention une dysbiose très importante.
Comment l’existence de la chirurgie bariatrique modifie les orientations thérapeutiques ou de prévention des patients ou des médecins ?
Jean-Michel LECERF (Lille)
La chirurgie bariatrique a pris une place considérable en France dans le traitement des obésités, avec 60 000 interventions par an. Ces interventions s’élargissent encore avec un abaissement du seuil d’IMC à 35kg/m², voire moins en cas de diabète. Les attentes des patients restent toujours plus exigeantes en termes de poids. Les médecins restent dépourvus par rapport à cela d’autant que les autres moyens disponibles leur semblent non satisfaisants. De ce fait, l’approche thérapeutique devient pour certains univoque, et la chirurgie risque de devenir le premier recours : par facilité, la population à risque est également encline à négliger la prévention et à attendre passivement l’heure de la chirurgie.