Retour au programme

Nutrition artificielle

Session JFN
vendredi 27 novembre 2020 - 13h30 - 14h30 - LIVE 1
Evolution de la nutrition artificielle en France
Stéphane SCHNEIDER (Nice)
Nutrition entérale : bolus versus continue ? (Pour)
Fabienne TAMION (Rouen)
Nutrition entérale : bolus versus continue ? (Contre)
Jean-Claude DESPORT (Limoges)
En nutrition entérale, les recommandations de bonne pratique sont d’administrer la nutrition de manière séquentielle ou continue sur 24 heures, en fonction de l’état du patient et de ses impératifs de qualité de vie. L’apport se fait selon les recommandations le plus souvent grâce à un régulateur de débit, ou bien par gravité avec une commande de débit par une molette. Néanmoins, en pratique courante, certains patients ou professionnels de santé utilisent la technique du bolus. Ils aspirent le produit par une seringue directement dans le flacon de nutrition entérale, puis l’injectent sur la sonde. Cette pratique qui est destinée en théorie à limiter les contraintes pour le patient, donc à améliorer sa qualité de vie, n’est pas adaptée lorsqu’il existent des troubles du transit, en particulier gastroparésie ou diarrhées, et pourrait être dangereuse lors d’un apport gastrique en cas de béance cardiale, de hernie hiatale, ou de reflux constaté. Elle expose à générer des troubles de type dumping syndrome, ainsi qu’à une contamination du produit de nutrition entérale restant, avec des conséquences infectieuses notables.
Hyperglycémie et dyslipidémies : comment prévenir, comment traiter ?
Cécile CHAMBRIER (Lyon)
Cette présentation se focalisera sur l’hyperglycémie et les dyslipidémies chez les patients en nutrition parentérale hors soins critiques. L’hyperglycémie, comme en réanimation, est associée à un mauvais pronostic et une surmortalité. La prévalence de ces complications métaboliques est mal établie autour de 30% des patients. En dehors d’erreur de débit, des facteurs de risques sont bien identifiés et doivent être connus afin de les prévenir ou de les limiter. Les possibilités thérapeutiques seront discutées.